Un artefact unique d'aborigènes de Tasmanie revient en Australie après 230 ans

Un artefact unique d'aborigènes de Tasmanie gèle en Australie des années plus tard
Un artefact unique d'aborigènes de Tasmanie revient en Australie après 230 ans

Après avoir passé 230 ans à l'étranger, un porteur d'eau d'algues unique nommé rikawa par la tribu Palawa en Tasmanie revient en Australie. Repéré au Musée du quai Branly-Jacques Chirac à Paris en 2019, le rikawa est maintenant exposé dans le cadre d'un prêt de deux ans de la peinture à la nouvelle exposition du Museum and Art Gallery of Tasmania (TMAG), taipani milaythina-tu .

Rikawa était fabriqué à partir de mousse de taureau, de brochettes en bois et de fibres végétales à la fin du 18ème siècle. Ces navires servaient à stocker et à transporter l'eau, une ressource vitale pour les habitants de Palawa. Cet objet a été trouvé près de la Baie de la Recherche en 1792 par le groupe d'expédition de Bruni d'Entrecasteaux. Les enregistrements de son existence dans une collection privée datent des années 1820, lorsqu'il a été représenté dans un catalogue. Rikawa est ensuite entré dans les collections publiques françaises, exposé au Louvre et dans d'autres collections de musées à Paris au fil des ans, mais sa description en termes de matériau et de pays d'origine est incertaine.

C'est l'un des deux rikavs historiques dont l'existence a été prouvée. Ce dernier a été trouvé vers 1850 et a ensuite été exposé à l'exposition du Grand Londres de 1851 avant d'être donné au British Museum avec d'autres objets aborigènes de Tasmanie. Il fait maintenant partie de l'exposition au TMAG.

En 2019, le rikawa de Paris a été redécouvert et exposé au musée du quai Branly dans le cadre de la collection africaine Jacques Chirac. Dr. Gaye Sculthorpe, représentante de la tribu Palawa et conservatrice de musée chevronnée travaillant au British Museum et faisant des recherches sur l'histoire de sa famille, est tombée sur son dessin des années 1890 alors qu'il était exposé au musée du Louvre à Paris.

Dr. Gaye Sculthorpe, professeur d'études patrimoniales et muséales à l'Université Deakin, a déclaré : « C'est l'un des objets aborigènes les plus importants des collections de musées, et il est extrêmement important pour le peuple palawa de le revoir dans son pays. Félicitations à tous ceux qui y ont contribué et qui l'ont mérité.

Retour à Lutruwita/Tasmanie

En tant que fier sponsor de l'exposition au TMAG, Emirates a transporté le rare et précieux rikawa sous la garde et la supervision des conservateurs du Musée du quai Branly-Jacques Chirac. Rikawa a été enregistré à l'aéroport Charles de Gaulle à Paris, puis s'est arrêté à l'aéroport international de Dubaï avant de se rendre à Melbourne, en Australie. Il a poursuivi son voyage vers l'aéroport de Hobart sur un vol en partage de code avec Qantas.

Avant le vol de Paris, l'état de Rikawa a été correctement vérifié puis emballé dans une valise climatisée spécialement conçue pour le voyage. Les conservateurs accompagnant Rikawa peuvent effectuer des contrôles tout au long du vol et aux frontières pour s'assurer qu'il est en toute sécurité. Tout au long du voyage, les conservateurs ont été en contact direct avec le personnel de cabine d'Emirates pour suivre le bon déroulement du voyage de Rikawa. À son arrivée en Tasmanie, l'article a de nouveau été soumis à une vérification détaillée de l'état et n'a confirmé aucun dommage, puis placé dans une vitrine climatisée spécialement conçue.

Stéphanie Leclerc-Caffarel, conservatrice des collections du Pacifique au musée du quai Branly-Jacques Chirac accompagnant Rikawa, a déclaré : « C'est incroyable de penser qu'il y a 230 ans, une équipe d'expédition française a recherché ces rivages et transporté le rikawa. traversant plusieurs océans vers la France. Nous nous tenons maintenant au même endroit dans le cadre de son retour à la maison des siècles plus tard. Ce porteur d'eau rare est un trésor national de la France et un trésor culturel du peuple tasmanien. C'est formidable que cette petite œuvre d'art ait réuni tant de personnes du monde entier dans un endroit aussi reculé que la Tasmanie.

Voyager avec Emirates

Emirates possède une vaste expérience dans le transport d'objets précieux et rares, notamment des trophées sportifs prestigieux tels que la FA Cup, la Web Ellis Cup, la Coupe du monde de cricket ICC et d'autres artefacts historiques qu'elle transporte dans le monde entier.

"Nous sommes très honorés de pouvoir participer au transport de cet élément unique de l'histoire aborigène de Tasmanie et de le transporter en toute sécurité d'un bout à l'autre du monde et de rendre ce porteur d'eau unique à ses propriétaires d'origine. "Nous continuerons à faire de notre mieux pour connecter les Australiens du monde entier à travers des lieux, des personnes ou des objets culturels qui comptent tant pour eux", a déclaré Barry Brown, vice-président d'Emirates Australasie.

Emirates dessert l'Australie depuis 1996 et a transporté plus de 40 millions de passagers sur ses liaisons vers et depuis la destination. La compagnie aérienne soutient depuis longtemps les institutions artistiques, culturelles et sportives et a investi plus de 100 millions de dollars dans divers événements culturels, notamment les orchestres symphoniques de Sydney et de Melbourne.

Exposition taypani milaythina-tu : Retour à la patrie

Le musée TMAG a ouvert une nouvelle exposition temporaire intitulée taypani milaythina-tu : retour à la patrie le 1er octobre 2022. L'exposition vise à fournir à la communauté aborigène de Tasmanie un accès à des objets culturels historiques empruntés à des institutions sélectionnées à travers le monde.

Zoe Rimmer, ancienne conservatrice en chef du TMAG et représentante de la tribu Palawa pour les arts et la culture des Premières Nations, a accueilli avec beaucoup d'enthousiasme le transfert de ce rare porteur d'eau. Son rikawa niyakara, qu'il a créé pour l'exposition avec une autre Palawa, Theresa Sainty, est un appel aux deux rikawa pour qu'ils rentrent chez eux.

« Rikawa est plus qu'une simple pièce de musée, c'est un vecteur du savoir et de la présence de nos ancêtres. Leur retour au pays est une incroyable opportunité de reconnexion et de renouveau culturel. C'est aussi l'occasion d'établir des relations de respect et de collaboration entre la communauté de Palawan et les institutions internationales qui protègent nos biens culturels », déclare Zoe Rimmer.

La directrice du TMAG, Mary Mulcahy, ajoute que le musée est très satisfait du retour de Rikawa. Ce morceau d'histoire combine douze autres éléments qui font partie de l'exposition Coming Home from the UK. L'exposition se poursuivra jusqu'au 7 mai 2023, mais les objets eux-mêmes sont prêtés pendant deux ans, période pendant laquelle la communauté continuera d'y avoir accès.

« Il est rare qu'une institution comme TMAG ait un article emprunté pendant deux ans, et nous sommes très heureux que la communauté aborigène de Tasmanie ait enfin assez de temps pour revivre le rikawa et d'autres articles qu'ils ont empruntés à leurs ancêtres. Bien sûr, tout cela s'accompagne de coûts énormes, y compris les frais d'expédition internationale pour les objets de musée, qui sont souvent élevés en raison de la logistique. Nous sommes donc reconnaissants à Emirates Airlines pour leur aide en nous permettant de transférer rikawa vers la Tasmanie », ajoute Mulcahy.

Günceleme: 22/02/2023 10:19

Annonces similaires