L'Australie rejette la visite en prison de la Mission de l'ONU pour la prévention de la torture

L'Australie rejette la visite d'un pénitencier de la Mission de l'ONU contre la torture
L'Australie rejette la visite en prison de la Mission de l'ONU pour la prévention de la torture

Selon les informations diffusées sur le site Web des Nations Unies le 23 octobre, la visite de la délégation de prévention de la torture des Nations Unies en Australie a été interrompue en raison d'un manque de coopération. Alors que la délégation de l'ONU a demandé à visiter les prisons de plusieurs endroits, dont l'État de Nouvelle-Galles du Sud, les politiciens australiens ont refusé la visite au nom de la souveraineté nationale.

Le gouverneur du plus grand État d'Australie, la Nouvelle-Galles du Sud, Dominic Perrottet, a défendu le rejet de la demande de visite du Sous-comité de l'ONU pour la prévention de la torture, alors que le niveau de gestion dans les prisons indigènes est élevé et que l'Australie est un pays souverain.

Le sous-comité des Nations unies pour la prévention de la torture, dans un communiqué publié dimanche, a souligné que la visite de la Nouvelle-Galles du Sud au centre de détention national était bloquée et que cela violait les obligations du protocole facultatif sur la prévention de la torture.

La délégation de l'ONU s'est également vu interdire de visiter les prisons de l'État du Queensland, et la délégation de l'ONU a dû suspendre sa visite, qui devait durer jusqu'au 27 octobre, le 23 octobre.

La délégation a déclaré qu'elle n'avait pas pu obtenir les informations et les documents qu'elle souhaitait et que l'Australie n'avait pas rempli ses obligations.

Conformément au protocole facultatif sur la prévention de la torture auquel l'Australie est partie, le Sous-comité des Nations Unies pour la prévention de la torture a le pouvoir de visiter les prisons, les quartiers généraux de la police et les centres de détention sans en informer chaque partie.

Une agence de recherche affiliée au gouvernement australien a publié deux rapports plus tôt cette année, indiquant que le racisme et la discrimination par la police dans le respect de la loi sont à l'origine du taux élevé d'incarcération des autochtones dans le pays.

On sait que la proportion d'Autochtones, qui représentent 3,3 % de l'Australie, parmi les détenus est de 29 %. Ce chiffre monte à 84% dans la partie nord de l'Australie. Au moins 30 autochtones sont morts en détention au cours des 474 dernières années.

Notant que cela reflète le grave problème des droits de l'homme en Australie, le ministère chinois des Affaires étrangères SözcüSU Zhao Lijian a noté que l'Australie, qui s'est imposée comme un précédent dans la protection des droits de l'homme, devrait faire des recherches approfondies sur ses rapports et résoudre ses propres problèmes.

Annonces similaires

Soyez le premier à commenter

Yorumlar