Les habitants d'Izmir ont adoré le cinéma en mer

les gens d'izmir ont adoré le cinéma en mer
les gens d'izmir ont adoré le cinéma en mer

Organisé par la municipalité métropolitaine d'Izmir, « 1. Rencontre internationale des cinémas méditerranéens d'Izmir » s'est terminée hier. Les habitants d'Izmir étaient particulièrement intéressés par les projections de films sur la plate-forme flottante de Kadifekale.

La municipalité métropolitaine d'Izmir a tenu le « 8. Rencontre internationale des cinémas méditerranéens d'Izmir » s'est terminée. En plus des projections de films organisées au Centre Culturel Français, au Cinéma Karaca et à la plate-forme flottante Kadifekale à l'embarcadère de Göztepe, une rencontre de deux jours s'est tenue à l'Hôtel-Buyuk Efes suisse. Représentants d'institutions cinématographiques, directeurs de festivals, producteurs et réalisateurs de Tunisie, du Maroc, du Liban, de Palestine, de Syrie, de Slovénie, de Croatie, d'Italie et de France, dont Reis Çelik, Leyla Yılmaz et Leyla Yılmaz, qui ont remporté des prix importants dans notre pays et à l'étranger la dernière Des cinéastes, dont Fikret Reyhan, y ont participé.

Des Misérables au ciel libanais

Au programme des projections des films 2019-2021, « Apples » du réalisateur grec Christos Nikou, « DNA » du réalisateur algéro-français Maiwenn, « 200 mètres » du réalisateur palestinien Amin Nayfeh, « Unknown » Aziz du réalisateur marocain Alaaddin Aljem », franco-malien « Les Misérables » du réalisateur Ladj Ly, « This Must Be Heaven » du Palestinien Elia Suleiman, « A l'ombre de la guerre » du réalisateur espagnol Alejandro Amenabar, « Gloria Mundi » du réalisateur français Robert Guédiguian, « L'homme qui vend » du réalisateur tunisien Kouther Ben Hania Sa peau », « Papicha » du réalisateur franco-algérien Mouina Meddour, « Les synonymes » du réalisateur israélien Nadav Lapid, « Ciel libanais » de la réalisatrice française Chloé Mazlo, du réalisateur algérien Merzak Alllouache Catlak" et les films "Je ne sais pas" de Leyla Yılmaz ont eu lieu. Après les projections, Reyhan et Yılmaz ont répondu aux questions du public du Centre Culturel Français. Le réalisateur palestinien Amin Nayfeh a également eu une interview avec le directeur du festival Vecdi Sayar à bord du navire Kadifekale lors de la soirée d'ouverture. Les habitants d'Izmir étaient particulièrement intéressés par les projections de films à l'installation flottante de Kadifekale.

« Izmir peut jouer un rôle de premier plan »

Les participants à la « 1ère réunion internationale d'Izmir des cinémas méditerranéens » ont déclaré qu'en raison de son emplacement, İzmir peut jouer un rôle de premier plan dans la formation du réseau des cinémas méditerranéens, que les cinémas arabes du sud de la Méditerranée et les cinémas des pays du sud de l'Europe peuvent collaborer avec un centre qui sera établi à zmir. Ils ont souligné que les Prix du cinéma méditerranéen pourraient être créés comme une ressemblance avec les Prix et ont dit au revoir de se retrouver à İzmir l'année prochaine.

Prix ​​Langlois à Allouache

Décidant de récompenser chaque année un homme de cinéma dans le cadre des Rencontres des cinémas méditerranéens, le Métropolitain a décidé de donner à ce prix le nom du fondateur de la Cinémathèque française, Henri Langlois, né à Izmir, et de remettre le prix de la première année à Merzak Allouache, l'un des maîtres du cinéma algérien. Cependant, quelques jours avant le début du festival, Allouache a attrapé COVID et n'a pas pu venir à Izmir. La statuette, conçue par le sculpteur Tonguç Sevcan d'Izmir, sera présentée à Allouache lors de la réunion de l'année prochaine.

Armin

sohbet

    Soyez le premier à commenter

    Yorumlar