Passer à la période de R&D dans l'enseignement professionnel

R&D dans l'enseignement professionnel
R&D dans l'enseignement professionnel

Mahmut Özer, vice-ministre de l'Éducation nationale, a parlé à un journal de ses plans post-épidémiques pour les centres de R&D créés dans les lycées professionnels. Özer a déclaré: «Nous aurons environ 20 centres de R&D. Chaque centre se concentrera sur un domaine différent. »


L'interview du vice-ministre de l'Éducation nationale Özer est la suivante: "Nous allons maintenant à la période de R&D dans l'enseignement professionnel". Nous en ajouterons de nouveaux en fonction de la distribution. Nous aurons environ 19 centres de R&D. Chaque centre se concentrera sur un domaine différent. Par exemple, un centre ne traitera que des logiciels, tandis qu'un autre se concentrera sur les technologies d'appareils biomédicaux. Son objectif principal sera le développement de produits, les brevets, les modèles d'utilité, la conception, la production de marques, l'enregistrement et la commercialisation. Nous augmenterons constamment la gamme de produits. Nous allons maintenant organiser nos formations d'enseignants dans ces centres régionaux de R&D. » Déclarant que le programme d'enseignement professionnel sera mis à jour rapidement après le processus d'automatisation, de logiciels, de technologies d'intelligence artificielle et de compétences numériques, Özer a souligné que les centres de R&D contribueraient de manière significative à la mise à jour.

Le ministère de l'Éducation nationale (MoNE) a lancé une grande attaque dans les jours de lutte contre l'épidémie de kovid-19. Un grand nombre de produits ont été fabriqués à partir des matériaux de désinfection nécessaires avant l'école, du masque, de la tranchée de protection du visage aux blouses et combinaisons jetables. De cette manière, MEB a apporté une contribution très importante à la prévention de l'épidémie dans les premiers jours de la lutte. Puis il a continué la production de masque, d'un appareil de filtration de l'air et d'un appareil de vidéo-laryngoscope à partir d'un respirateur. Dans ce processus, qui montre l'importance d'une solide formation professionnelle, le vice-ministre du MoNE Mahmut Özer a expliqué quel type de planification de la formation professionnelle serait après l'épidémie de kovid-19.

«Nous avons été négativement affectés»

Pendant les jours de combat contre Kovid-19, la formation professionnelle a donné un examen réussi. Que prévoyez-vous pour l'avenir de l'enseignement professionnel, qui a également une expérience incroyable?

L'enseignement professionnel a apporté une contribution très importante dans notre pays en formant les ressources humaines avec les compétences professionnelles requises par le marché du travail depuis des années. L'enseignement professionnel a connu une période déprimée, surtout après l'application du coefficient. Au cours de cette période, l'enseignement professionnel a cessé d'être le choix des étudiants ayant réussi sur le plan scolaire. Au cours des années suivantes, un deuxième choc a été constaté dans l'application des points de placement à toutes les écoles secondaires. Ce qui s'est passé après que l'application du coefficient a commencé à se répéter, l'enseignement professionnel est redevenu une option obligatoire pour les étudiants qui n'ont pas réussi. Ces processus ont affecté négativement le moral de nos directeurs et enseignants dans nos lycées professionnels. L'enseignement professionnel est devenu connu pour ses problèmes, l'absentéisme des étudiants et les infractions disciplinaires. En conséquence, l'incapacité des diplômés à répondre aux attentes du marché du travail a renforcé la perception négative de l'enseignement professionnel. Il y a donc eu une grave perte de confiance en soi dans l'enseignement professionnel.

«La confiance en soi a gagné»

La confiance en soi est-elle sérieusement retrouvée dans ce processus?

Exactement. La contribution la plus importante de ce processus a été de regagner la confiance en soi dans les vieux jours prestigieux de l'enseignement professionnel. Il a montré ce qu'il pouvait faire une fois ses problèmes résolus, compte tenu des opportunités et motivé. Dans ce processus, il est venu à l'ordre du jour avec sa production et sa capacité de production, pas avec des problèmes d'enseignement professionnel. Au fur et à mesure que les médias nationaux et internationaux réussissent davantage, la confiance en soi a augmenté. Comme la croyance en ce qu'ils peuvent faire, produire et ce qu'ils produisent est précieuse, le succès est venu avec.

«Chaque centre se concentrera sur un seul domaine»

Les centres de R&D seront-ils permanents dans les jours qui suivront l'épidémie de Kovid-19?

Dans l'enseignement professionnel, nous traversons maintenant la période de R&D. Ce sera l'une des réalisations les plus importantes de l'épidémie de Kovid-19 dans l'enseignement professionnel. Dans ce processus, nous en ajouterons de nouveaux aux centres de R&D que nous avons créés, en tenant compte de la répartition régionale. Ces études sont sur le point d'être achevées. Nous aurons environ 20 centres de R&D. Chaque centre se concentrera sur un domaine différent. Par exemple, un centre ne traitera que des logiciels, tandis qu'un autre se concentrera sur les technologies d'appareils biomédicaux. Les centres seront en communication constante les uns avec les autres et se soutiendront mutuellement. Ces centres seront également des centres d'excellence. Son objectif principal sera le développement de produits, les brevets, les modèles d'utilité, la conception, la production de marques, l'enregistrement et la commercialisation. Nous augmenterons constamment la gamme de produits. Nous allons maintenant mener nos formations d'enseignants dans ces centres régionaux de R&D. Ces centres contribueront également de manière significative à la mise à jour du programme d'enseignement professionnel.

Leur confiance a augmenté

Peut-on dire que les investissements que le MEB a réalisés dans l'enseignement professionnel depuis deux ans ont porté leurs fruits?

Ouais. En tant que ministère, nous nous sommes vraiment concentrés sur l'enseignement professionnel. Nous avons réalisé des projets très importants les uns après les autres. Plus important encore, pour la première fois, nous avons mené une coopération intense et globale avec des représentants solides des secteurs dans tous les domaines de l'éducation. Par conséquent, la confiance des secteurs dans l'enseignement professionnel s'est progressivement accrue. Toutes ces étapes ont permis de produire une réponse rapide, collective et dynamique dans ce processus.

Comment allez-vous planifier désormais?

Nous continuerons de renforcer le cycle éducation-production-emploi dans l'enseignement professionnel. Nous mettrons constamment à jour la formation dans une coopération renforcée avec le marché du travail. Nous ferons de nos lycées professionnels les centres de production. Nous augmenterons continuellement la capacité de production de produits et services, en particulier dans le cadre des fonds renouvelables. Par exemple, en 2019, nous avons augmenté les revenus tirés de la production dans ce périmètre de 40% à 400 millions de TL. En 2021, notre objectif est de 1 milliard de TL de production. L'enjeu le plus important est d'améliorer la capacité et les conditions d'emploi des diplômés sur le marché du travail. Les collaborations que nous avons nouées avec les secteurs à priorité emploi ont été nos premiers pas dans cette direction. Ces étapes continueront de se renforcer.

«Tous les produits sur lesquels nous nous sommes concentrés ont été fabriqués»

Vous avez créé des centres de R&D dans les lycées professionnels. Quel était le but?

La contribution de la formation professionnelle à l'époque de la lutte contre Kovid-19 était double. La première étape impliquait la production en série et la livraison du masque, du désinfectant, de la tranchée de protection du visage, du tablier jetable et de la combinaison nécessaires. Cette étape a été très réussie et les productions dans ce contexte sont toujours en cours. La deuxième phase s'est concentrée sur la conception et la fabrication d'appareils tels que des respirateurs et des masques nécessaires pour combattre le kovid-19. Afin de réussir dans la deuxième étape, nous avons établi des centres de R&D au sein de nos lycées anatoliens professionnels et techniques dans nos provinces avec une infrastructure solide. Nous avons renforcé l'infrastructure de nos centres de R&D pour la conception et la production de ces produits. Des études très intensives ont été menées dans ces centres que nous avons créés dans nos provinces comme Istanbul, Bursa, Tekirdağ, Ankara, İzmir, Konya, Mersin, Muğla et Hatay. Dans ces centres, nous avons pu fabriquer tous les produits sur lesquels nous nous sommes concentrés. Dans ce contexte, de nombreux produits ont été conçus et fabriqués tels que machine à masque chirurgical, respirateur, machine à masque standard N95, appareil de laryngoscope vidéo, lit de soins intensifs, appareil de filtration d'air, unité d'échantillonnage.

Coopération avec l'UIT-ASELSAN

Compte tenu de la mise à jour du curriculum, ferez-vous de nouvelles mises à jour, étant donné que le marché du travail évoluera également après l'épidémie de Kovid-19?

Bien sûr. Après ce processus et il y aura un renouvellement rapide du curriculum pour les compétences numériques. Nous ne considérons pas les établissements d'enseignement professionnel et technique comme des établissements où seule une formation professionnelle est dispensée. Nous voulons que tous nos étudiants acquièrent des compétences clés afin de pouvoir s'adapter à l'évolution des conditions technologiques et sociales. Nous voulons réduire la distinction entre l'enseignement professionnel et l'enseignement général au fil du temps. Par conséquent, nous coopérons avec des organisations techniquement et académiquement fortes telles que l'UIT et ASELSAN. Les compétences nécessaires en fonction du niveau technologique du domaine sur le marché du travail seront ajoutées au curriculum dans toutes les professions que nous enseignons. Cependant, nous ne nous contenterons pas de cela, mais nous travaillerons à renforcer les compétences générales de nos diplômés.



Soyez le premier à commenter

Yorumlar